L’EUROPE SUR LES RAILS

0
32
Le Jacobite Steam Train relie Fort William à Mallaig en Écosse depuis 1984. Parcourant les paysages grandioses des Highlands, le train à vapeur écossais et le viaduc de Glenfinnan ont servi de décors aux films de la saga Harry Potter, qui les a rendus célèbres. Le train panoramique Bernina Express traverse les Alpes suisses du nord au sud en empruntant pas moins de 55 tunnels et 196 ponts.
Le Jacobite Steam Train relie Fort William à Mallaig en Écosse depuis 1984. Parcourant les paysages grandioses des Highlands, le train à vapeur écossais et le viaduc de Glenfinnan ont servi de décors aux films de la saga Harry Potter, qui les a rendus célèbres. Le train panoramique Bernina Express traverse les Alpes suisses du nord au sud en empruntant pas moins de 55 tunnels et 196 ponts.

Voyager autrement – S’envoler pour arpenter frénétiquement les quatre coins de la planète, chercher à en voir toujours plus, toujours plus vite… Et si on prenait le contre-pied de cette course folle ? En Europe, l’aventure est à nos portes : de la mer à la montagne, des kilomètres de chemins de fer se faufilent dans des paysages époustouflants de beauté, comme une douce invitation à courtiser la nature sans l’abîmer.

Dans notre époque nomade à l’extrême, mais soucieuse de réduire son bilan carbone sur fond de dérèglement climatique, troquer son billet d’avion pour un ticket de train s’impose comme le choix le plus respectueux pour la planète. Le train, qui produit jusqu’à 80 fois moins de CO2 que l’avion et jusqu’à 50 fois moins que la voiture, caracole en tête des transports longs trajets écoresponsables. Cela suppose de ne plus voir la durée comme un inconvénient mais comme une composante à part entière du voyage. Retrouver le plaisir du voyage lent, tout simplement, et s’abandonner au plaisir de la contemplation et de la réflexion. D’autant que l’Europe compte quelques-uns des itinéraires ferroviaires parmi les plus pittoresques du monde.

Là où nulle route ne s’aventure…

Le rail est ce fabuleux trait d’union qui connecte les quartiers branchés des grandes métropoles aux lieux les plus reculés et aux terres les plus sauvages, qu’il est parfois seul à traverser. Et le réseau ferroviaire européen a fait bien du chemin depuis l’invention de la « machine du diable » au XIXe siècle ! Plus de 260 000 km de voies ferrées sillonnent les recoins du vieux continent, gravissent des montagnes, grincent à fleur d’eau le long des littoraux… Un réseau tentaculaire, une infinité de lignes et autant de promesses de voyages qui ont un vrai goût d’ailleurs et qui ne se ressemblent pas. C’est ce contraste, ce changement de décor, ce dépaysement total que l’on goûte le long de la West Highland Line, cette ligne mythique qui, entre Glasgow et Mallaig, part à l’assaut des hautes terres écossaises, flirtant avec le plus grand loch et le plus haut sommet d’Écosse. Il a fallu en vaincre, des vallées, des fleuves et des montagnes. Il en a fallu de la patience et des prouesses d’ingénierie pour se frayer un chemin dans cette nature hostile.

Voyage à rebrousse-temps

10 h 15, sur les quais de la gare de Fort William, le Jacobite Steam Train crache sa fumée blanche et se met en branle. Un scottish breakfast bien calé dans l’estomac, nous prenons place dans un wagon au look vintage avec ses fauteuils fleuris, ses lampes rétro et ses rideaux en tartan. Nous voilà fin prêts à savourer l’un des plus beaux itinéraires ferroviaires d’Europe, tronçon ultime de la West Highland Line, qui vient mourir face à la mer dans le petit port de bout du monde de Mallaig. La promesse ? Une fenêtre ouverte sur une nature magnétique doublée d’une vraie bouffée de nostalgie.

Paysages en cinémascope

Le nez collé aux vitres, le rail permet d’absorber pleinement le panorama qui nous entoure, de collectionner des perspectives inédites. Les châteaux ruinés, penchés dans leur solitude sur l’eau grise des lochs, la rousseur des landes, les tourbières à perte de vue, le vert profond des forêts de pins… On ressent pleinement la traversée des Highlands. Les bons jours, on aperçoit même la silhouette des cerfs rouges se découper sur l’horizon. Et, lorsque l’on aborde la courbe iconique du viaduc de Glenfinnan, chef-d’œuvre ferroviaire qu’emprunte le Poudlard Express pour se rendre à l’école des sorciers dans la saga Harry Potter, le travelling renversant sur le Loch Shiel laisse bouche bée. Et l’imaginaire s’envole ! Comme lorsque le Glacier Express nous catapulte dans les paysages épiques des montagnes suisses. Pics acérés, glaciers, gorges encaissées, lacs cristallins, chalets de contes de fées… Entre Zermatt et Saint-Moritz, le « train rapide le plus lent du monde », nous offre un plan séquence d’anthologie dans ses voitures à fenêtres panoramiques et à toits vitrés. Vivifiant !

Entre deux trains

C’est encore le rail qui nous emmène goûter la dolce vita le long de la côte ligure, petit périple entrecoupé de 51 tunnels et de 23 ponts entre Sestri Levante et La Spezia, où le regard s’agrippe aux irrésistibles villages éclaboussés de couleurs des Cinque Terre, comme prêts à dégringoler, impassibles, dans Le Grand Bleu. Il aura fallu attendre la fin du XIXe siècle pour que le chemin de fer vienne désenclaver les joyaux, longtemps coupés du monde, de ce petit paradis vert et bleu. C’est encore aujourd’hui le meilleur moyen de les aborder : chaque village possède sa propre gare. Et chaque arrêt est promesse de flâneries délicieuses dans un enchevêtrement improbable de maisons colorées, de baignades, de pauses glaces et de randonnées dans les parfums entêtants du maquis. Oubliez la voiture, on peut sauter de train en train et tout faire à pied !

La gare de Manarola permet d’atteindre le célèbre village de maisons colorées posées sur la falaise surplombant la mer, typique des Cinque Terre.

Microcosmes sur rails

Peu importe la destination, l’aventure est dans le wagon. Chaque voyage en train est une expérience unique, une bulle hors du temps. Mais, dans le cocon feutré du Jacobite Steam Train à bord duquel nous sommes de retour, la vie palpite. Sur la West Highland Line, on se déplace en compagnie des randonneurs et des fans d’Harry Potter. L’enthousiasme est palpable et la conversation s’engage facilement : retour d’expériences, échange de bons plans… Le temps s’écoule sans que l’on y prête attention. Des petits moments de vie qui nous remplissent les poches de souvenirs avant même d’être arrivés à destination. Et puis, il y a la magie des trains de nuit qui arpentent le même itinéraire… Écologiques et vivants, les hébergements ambulants ont de nouveau le vent en poupe. À l’abri du fracas du monde, on y travaille, on y mange, on y joue, on y lit, on y écoute de la musique, on y fait des rencontres, on y dort aussi. On s’imagine déjà dîner à Londres, grimper à bord du Caledonian Sleeper, s’endormir dans une couchette douillette et se réveiller au petit matin au royaume du whisky, à Édimbourg, Glasgow, Fort William, Aberdeen ou Inverness. Dépaysement garanti sans avoir vu le temps passer. Car au-delà du paysage qui défile, le dépaysement est aussi dans le wagon.

Le Jacobite Steam Train est l’un des derniers trains à vapeur circulant régulièrement en Grande-Bretagne.
Les fenêtres du Bernina Express s’ouvrent sur les Alpes suisses, offrant un spectacle à couper le souffle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here