Pas de moralité, pas d’éthique, prêts bancaires non remboursés, offshores & sociétés écrans, présence de Panama Papers, enquête criminelle ADN dans le cas no. 2788 / P / 2014… Qui sont les « collègues » de Liviu Tudor ? Toni Blair, Premier ministre tchèque enquêté pour corruption – Andrej Babis, le roi Abdallah de Jordanie, etc… Le paradis des « hommes d’affaires » détaillé dans une enquête complexe

612
2324
Photo source: AGERPRES

M. LIVIU TUDOR – « Mauvais » au paiement de l’impôt, « Gagnant » à l’évasion fiscale. D’où le roi de l’immobilier de Roumanie puise-t-il son inspiration et qui sont ses « collègues »

Bien connu dans le paysage des affaires roumain, M. Liviu Tudor – surnommé « le roi de l’immobilier de Roumanie », joue le rôle principal dans de nombreux sujets avec et sur l’argent, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent, le détournement de fonds, le groupe criminel organisé, le vol de certains roumains institutions bancaires, scandales sexuels, et la liste peut s’allonger si nous avons à notre disposition au moins quelques mois.

Cependant, s’il y a quelqu’un qui n’a pas entendu parler de ce monsieur, je vous invite à lire ci-dessous sa « carte de visite » :

BIO LIVIU TUDOR (selon les articles de presse roumains)
Côté professionnel :
Cetățeanul.net – Article publié le 14 octobre 2015:

« Comment une entreprise roumaine a injecté 10 millions d’euros dans la villa de M. Liviu Tudor (le magnat de l’immobilier roumain), située en France. Suspects de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale »

Émission télévisée « Excès de pouvoir avec Oana Zamfir et Adrian Ursu » (de la télévision roumaine Antena3) du 20 mai 2016.

« Comment l’ANAF (Institution roumaine d’administration fiscale) manque les vrais milliardaires. Des millions d’euros injectés dans les offshores et des collections d’art définitivement perdues »

jurnalul.ro – Article publié le 21 mai 2016 :

« Excès de pouvoir : Comment l’ANAF (Institution roumaine d’administration fiscale) passe à côté des vrais milliardaires. Des millions d’euros injectés dans les offshores et des collections d’art définitivement perdues »

b1tv.ro – Article publié le 13 décembre 2019 :

Alors que l’ANAF (Institution roumaine d’administration fiscale) annonce fièrement la publication de la ‘liste de la honte’, le milliardaire Liviu Tudor (le roi de l’immobilier roumain) fait du blanchiment d’argent à travers des offshores situés au Panama, sous l’œil de la DNA (Romanian Institution contre la corruption)

psnews.ro – Article publié le 14 octobre 2015 :

« Nouvelle affaire sombre de millions d’euros liée à un magnat de l’Internet » (c’est-à-dire : comme vous pourrez le voir plus loin dans l’article il s’agit de M. Liviu Tudor) »

rnews.ro – Article publié le 11 avril 2021 :

« Enquêtes Bancorex (anciennement une banque à succès en Roumanie) – Liviu Tudor – Et comment les milliardaires roumains ont été « faits » »

Stiripesurse.ro– Article publié le 8 mai 2016:

« HOT NEWS avec les Roumains mentionnés dans les Panama Papers » (c’est-à-dire : comme vous pouvez le voir plus loin dans l’article, il s’agit de M. Liviu Tudor)

ziarulevenimentul.ro – Article publié le 8 mai 2016 :

« HOT NEWS avec les Roumains mentionnés dans les Panama Papers » (c’est-à-dire : comme vous pouvez le voir plus loin dans l’article, il s’agit de M. Liviu Tudor)

romaniatv.net – Article publié le 28 octobre 2014 :

« Être très riche à Adevărul, (un journal en Roumanie) Halpert et Corneţeanu « travaille » en « en ligne » sous l’argent d’un magnat de l’immobilier

Autrefois à la tête d’une des grandes publications de Roumanie, soutenue financièrement par le magnat Dinu Patriciu, le journaliste Adrian Halpert et le manager de Patriciu, Răzvan Cornețeanu, tentent désormais de s’épanouir avec une marque portée par le journaliste Tiberiu Lovin, écrit obiectiv.info . Adrian Halpert et Răzvan Cornețeanu ont déjà assisté au retrait de Lovin de l’entreprise, pour une « petite somme » en échange, mettant sur la table l’homme d’affaires Liviu Tudor, l’un des anciens « enrichis » de Bancorex.

9am.ro – Article publié le 4 novembre 2006 :

“La fraternité s’engorge – Dorin Iacob, le partenaire commercial de Magureanu, Liviu Tudor, le partenaire commercial de Hrebenciuc et Iacobov, ont créé toute une ingénierie financière qui a conduit à l’effondrement de quelques entreprises et institutions bancaires”

nasul.tv – Article publié le 4 novembre 2006 :

« HOT NEW : Mihai Tudose, associé au fils du Group Partner de RAFO, celui qui a garanti des prêts à Virgil Măgureanu d’un montant de 500 000 EUR » (c’est-à-dire : comme on le verra plus loin dans l’article il s’agit de M. Liviu Tudor)

9am.ro – Article publié le 8 décembre 2006 :

« THE DAY présente un cas réel de crime organisé dans lequel les principaux acteurs sont les propriétaires du complexe “Novo Parc” à Bucarest, en Roumanie, dans lequel est basé le trust Ringier, dont fait partie le journal “Evenimentul Zilei”. Liviu Tudor et le Groupe Bacău étaient l’artisan d’un ingénieur financier incroyable grâce auquel ils ont réussi à remplir leurs comptes de dizaines de milliards.

Côté criminel :

M. Liviu Tudor semble faire l’objet d’une enquête dans plusieurs procès – où il a été inculpé au pénal, selon la Direction des enquêtes sur le crime organisé et le terrorisme – Structure centrale, au sein du bureau du procureur rattaché à la Haute Cour et à la justice, situé à Bucarest, en Roumanie , pour:

constitution d’un groupe criminel organisé détournement de fonds blanchiment d’argent, selon le dossier pénal n°2788/D/P/2014.

Et la raison pour laquelle M. Liviu Tudor n’a pas été reconnu coupable de ces accusations n’est pas due à son innocence, mais à la clôture de l’affaire.

Côté personnel :

Aussi, sur le plan personnel, M. Liviu Tudor n’a pas une meilleure image, il est très probablement impliqué dans l’adultère avec des personnages de mauvaise image, compte tenu de leur comportement (ex : Vica Blochina, autres “chanteurs” et “stars” de l’espace public en Roumanie), selon les informations disponibles dans l’espace public, où il est commenté par différentes « stars ».

Peut-être que vous imaginez que son style de faire des affaires, en pompant à travers diverses astuces financières, des millions d’euros dans des offshores situés au Panama, la région française de la Côte d’Azur, mais aussi d’autres endroits, est son image de marque personnelle.

Peut-être que vous imaginez que son style de faire des affaires, en pompant à travers diverses astuces financières, des millions d’euros dans des offshores situés au Panama, la région française de la Côte d’Azur, mais aussi d’autres endroits, est son image de marque personnelle.

Surprise Surprise

Il semble que M. Liviu Tudor ait aussi d’autres “collègues” dont il a repris ces modèles, l’originalité ne faisant pas partie des attributs qui le définissent.

D’après les enquêtes économiques des Pandora Papers, plusieurs personnes publiques ont bâti leur fortune de la même manière que M. Liviu Tudor l’a fait :

Ancien Premier ministre britannique – M. Tony Blair, qui s’est prononcé contre les allégements fiscaux pendant des décennies, dans les documents publiés par Pandora Papers Investigation, il est montré que lui et sa femme sont devenus propriétaires d’un immeuble d’un montant de 8,8 millions de dollars (EUR 7,6 millions) après avoir acheté une société immobilière offshore à la famille du ministre de l’Industrie et du Tourisme de Bahreïn – M. Zayed bin Rashid al-Zayani.

Comment ont-ils fait ?

En achetant les actions de la société, et NON l’immobilier directement, Tony Blair et son épouse, Cherie, ont ÉVITÉ de payer une taxe foncière d’un montant total de 400 000 USD.

Le Premier ministre tchèque – Andrej Babis, un milliardaire arrivé au pouvoir tchèque en 2017 avec l’engagement de lutter contre la corruption, est également nominé dans la célèbre enquête des Pandora Papers.

Les archives de 2009 montrent que Babis a injecté 22 millions de dollars dans une société fantôme pour acheter une villa avec deux piscines et une salle de cinéma dans un village de montagne de la Côte d’Azur près de Cannes.

Le site Web Investigace.cz a constaté que dans sa déclaration de propriété, Babis n’avait PAS inclus le réseau de ces sociétés fantômes ou les bâtiments respectifs.

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, qui possédait également une partie d’une société offshore enregistrée dans les îles Vierges britanniques.

Un mois avant l’élection présidentielle, en avril 2017, l’acteur devenu un haut responsable politique a vendu discrètement ses parts de bénéficiaire effectif, (une personne pouvant influencer les transactions sur actions), détenues à Maltex, à Sergiy Shefir, un ami proche et commerçant partenaire.

Un document de juin 2019 indique que Shefir a conservé ses actions Maltex même après avoir rejoint l’administration présidentielle Zelensky.

Le président Kenyatta, descendant de l’une des dynasties politiques les plus connues du Kenya, a fait campagne contre la corruption et a appelé à une plus grande transparence de la politique.

Mais les archives en possession de journalistes d’investigation montrent que le président Kenyatta et sa mère sont les bénéficiaires d’une fondation secrète au Panama offshore.

D’autres membres de la famille, dont trois frères, possèdent cinq sociétés offshore d’une valeur de plus de 30 millions de dollars.

On continue avec la “Terre Sainte”, qui n’est pas vraiment “Sainte”, si l’on se réfère au roi Abdallah II de Jordanie, qui a acheté à Malibu, en Californie, trois villas au bord de l’océan, pour un montant total de 68 millions de dollars, via des sociétés offshores. , en plein printemps arabe, alors que ses sujets manifestaient dans la rue contre la corruption et le manque d’emplois.

Des documents secrets ont également exposé la princesse marocaine, Lalla Hasnaa, en tant que propriétaire d’une société offshore qui a acheté un immeuble de 11 millions de dollars dans un quartier luxueux de Londres près du palais de Kensington.

Hasnaa a acquis le bâtiment grâce à des fonds de la famille royale marocaine, selon les documents publiés par les journalistes de l’ICIJ – Consortium international des journalistes d’investigation, qui montrent également que son métier est d’être une « princesse ».

Une princesse… mais une “mauvaise” contribuable

Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Premier ministre des Émirats arabes unis et émir de Dubaï, détient également des actions dans trois sociétés enregistrées dans des juridictions secrètes.

Selon une chanson : Dubaï, Dubaï, la vie céleste…

C’est aussi le point de vue de son voisin, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad Al Thani, qui utilise des sociétés offshore pour faire des investissements, gérer sa fortune et la mettre “à l’abri” au profit de sa famille.

Les Panama Papers ont déjà révélé que son propre super-yacht estimé à 300 millions de dollars était géré par des sociétés offshore.

Le milliardaire turc Erman Ilicak, un magnat de la construction, avait également des liens avec deux sociétés offshore, toutes deux détenues par sa mère depuis 2014.

Les deux sociétés détenaient des titres du conglomérat d’entreprises de construction appartenant à la famille.

La société d’Ilicak, Ronesans Holding, a été celle qui a construit les 1150 chambres du palais présidentiel du président turc – Recep Tayyip Erdogan, dont on a tant écrit et parlé.

Le président russe – Vladimir Poutine, ne fait aucune différence dans ce classement des “mauvais” contribuables, mais il n’apparaît pas directement dans ces fichiers, mais avec d’autres parents, amis – dont son meilleur ami d’enfance, aujourd’hui décédé, à qui opposants politiques appelés « Portefeuille de Poutine » et ex-petites amies.

Dans le même temps, les documents ont également mis en évidence une éventuelle relation amoureuse entre le chef du Kremlin et une femme dont l’identité n’a pas encore été révélée, mais qui a reçu beaucoup d'”attentions” de Poutine, qu’elle a très probablement acquise compte tenu de la conseils reçus de Poutine – à travers des astuces financières similaires à une poupée Matriochka, en passant par sa capitale par les îles Vierges britanniques et Panama – où le bénéficiaire final est caché sous plusieurs “couches”.

Aussi, selon les documents de Pandore, certains des proches du président russe ont utilisé Monaco comme un centre discret pour leurs affaires financières.

En même temps, la géopolitique a son rôle dans cette histoire.

Le Prince Albert, chef de file de la Principauté de Monaco, entretient de très bonnes relations avec Vladimir Poutine.

Au cours des deux dernières décennies, l’influence russe dans la Principauté de Monaco s’est accrue et est devenue plus évidente.

Dominique Anastasis, avocate à Monaco, a déclaré que les étrangers, y compris les riches Russes, étaient attirés par le climat chaud et l’absence de taxes dans ce domaine. « Personne ici ne demande d’où vient votre argent. Il n’y a pas de culture du « chèque ». Vous n’avez pas besoin d’avoir une déclaration de revenus », a déclaré Anastasis.

L’enrichissement des amis de Poutine a commencé lors de son premier mandat au Kremlin, lorsque le président a déclaré publiquement la guerre aux oligarques.

Il a condamné les chefs d’entreprise qui ont fait fortune dans les années 1990 et se considéraient, comme le disait Poutine à l’époque, des « dieux ».

L’approche politique de Poutine s’est poursuivie et ces dernières années, après d’innombrables abus politiques, il a commencé à se plaindre des magnats russes qui cachent leur argent à l’étranger.

Pratiquement, Vladimir Poutine n’a pas supprimé les oligarques, mais a construit un nouveau système féodal, dont ses amis et les associés du KGB étaient les principaux bénéficiaires.

Certains d’entre eux ont acquis d’énormes fortunes, mais cette richesse à mon avis n’est pas vraiment la leur…

Donc, ce sont les “collègues” du “Roi nu” de l’immobilier de Roumanie – M. Liviu Tudor et ce sont ses “modèles” d’affaires…

Mais voyons ce qui se passera au moment du « Baccalauréat » – M. Liviu Tudor échouera-t-il ou réussira-t-il ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here