Transnistrie: la Russie veut déstabiliser la Moldavie et couper la Roumanie de la région d’Odessa

33
98

Depuis deux jours, des explosions en série ont retenti en Transnistrie, région séparatiste moldave occupée et soutenue par la Russie. Les explosions ont touché la tour radio d’une localité située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la « capitale » de la Transnistrie, Tiraspol.

Il s’agit sûrement d’attaques lancées par le FSB, le service de sécurité russe, qui veut forcer la Transnistrie à être plus agressive envers la Moldavie et ainsi tenter de la déstabiliser. La Moldavie – qui est en fait une région de la Roumanie que Staline s’est attribuée lors du pacte germano-soviétique – est aujourd’hui un Etat indépendant dirigé, depuis les élections de décembre 2020, par Maia Sandu, une présidente aux positions pro-occidentales. Si le Kremlin a un intérêt direct à déstabiliser la République de Moldavie, c’est parce qu’il vise aussi la Roumanie. Selon l’un des meilleurs spécialistes roumains de la Russie, l’historien Armand Gosu, « Les Russes veulent couper la ligne de communication entre la Roumanie et l’Ukraine en vue du siège d’Odessa, ville située à quelques dizaines de kilomètres de la Transnistrie et de la ville de Tiraspol. Pour que des munitions et du matériel de combat viennent de l’Ouest, ils doivent transiter par la Roumanie (éventuellement, la Moldavie) et atteindre la région d’Odessa ».

Il est aussi possible que les Russes veuillent détourner une partie des troupes ukrainiennes impliquées dans l’offensive de Kherson, où l’armée de Poutine piétine, vers la région de Transnistrie. L’escalade pourrait profiter, dans un premier temps, à Moscou. La suite dépendra de la réaction des Occidentaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here