Alstom condamné au Royaume-Uni pour une série de scandales de corruption

0
11
A photo taken on May 2, 2014 in Montpellier shows the logos of the French power and transport engineering company Alstom. The battle for Alstom was set to intensify on April 29, with Siemens ready to confirm its bid for the French engineering group also coveted by US rival General Electric, an informed source said. French President Francois Hollande vowed on April 28, 2014 to safeguard jobs at Alstom as he met with both GE and Siemens chiefs, while Germany sought to boost Siemens' case, saying a tie-up offered a "big opportunity" for Europe's two largest economies. AFP PHOTO / PASCAL GUYOT (Photo by PASCAL GUYOT / AFP)

Après neuf ans d’enquête et trois procès pour corruption, la justice britannique a obtenu un succès en demi-teinte, avec des condamnations dans deux procès.

Les employés d’Alstom en Lituanie étaient particulièrement ordonnés. Pour le paiement des pots-de-vin d’un contrat de rénovation d’une centrale électrique en 2004, ils avaient préparé un joli tableau détaillant les sommes prévues pour chaque destinataire. « EM » (ministre de l’économie) : 1,5 million ; « N » (un directeur de la centrale) : 1,8 million. Le total dépassait cinq millions d’euros.

Au siège d’Alstom, le département d’éthique donnait, de son côté, des consignes très claires sur la meilleure façon de faire paraître crédibles les factures émises par les « consultants » ainsi rémunérés : « Il faut vérifier que les dates sur les documents ne tombent pas un samedi ou un dimanche, et que le temps écoulé entre les questions et les réponses soit réaliste. Les documents doivent paraître réels, avec des trous, qu’ils soient pliés, etc. »

Ces deux pièces à conviction sont issues de trois procès-fleuves qui viennent de se terminer au Royaume-Uni. Après neuf ans d’enquête dans trente pays différents, sept millions de documents épluchés pour des affaires de corruption entre 2000 et 2010 dans cinq pays, Alstom et certains de ses employés ont été condamnés dans deux des trois procès qui se sont déroulés.

Ces affaires peuvent enfin être révélées depuis qu’un juge britannique a levé, mercredi 19 décembre, l’interdiction faite aux médias d’en rendre compte. A écouter le Serious Fraud Office (SFO), l’équivalent britannique du Parquet national financier, ces procédures judiciaires ont exposé une méthode de corruption systématique et institutionnalisée à Alstom à l’époque des faits.

Une investigation « exceptionnellement complexe »

Le résultat des procès est pourtant en demi-teinte pour le SFO. Dans le premier, concernant des affaires de corruption en Tunisie, en Inde et en Pologne, pour la construction d’un tramway et l’installation d’équipements de signalisation, l’entreprise Alstom Network UK a été condamnée sur la Tunise (l’amende n’est pas encore déterminée et la société fait appel) et acquité sur l’Inde et la Pologne. Les deux autres accusés, Graham Hill et Robert Hallett, ont été jugés non coupables. Dans le deuxième procès, sur une centrale électrique en Lituanie, Alstom Power et les trois accusés, John Venskus, Göran Wikström et Nicholas Reynolds ont été jugés coupables. Alstom doit payer 18 millions de livres (19,8 millions d’euros) d’amende et compensation (même si la so

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here